www.tek4life.eu

 

Tek4Life conçoit et organise

Les forums

 

 

 

 

L'événement

 

Lancement du Groupe de travail NanEAU – Juillet 2020

Les nanopolluants de l’eau  : risques et solutions

 

Préambule


La problématique des micropolluants est devenue de plus en plus prégnante ces dernières années. On définit les micropolluants comme toutes les substances à très faible concentration dans l’eau (du nanogramme au microgramme par litre) qui sont susceptibles de provoquer des nuisances en raison de leur toxicité, de leur persistance, ou de leur bioaccumulation.
Ces micropolluants comprennent des micro et nanoparticules manufacturées qui sont rejetées dans l’environnement lors de leur fabrication ou par suite de l’usage de produits en contenant de façon intentionnelle, et des micro et nanoparticules issues de la dégradation non intentionnelle de divers matériaux, notamment les plastiques, les pneus, les produits métalliques, etc. Ils sont retrouvés dans les eaux de ruissellement et les eaux usées puis dans les écosystèmes aquatiques continentaux (ruisseaux, rivières, fleuves, eaux souterraines et plans d’eau), les sols, et les océans.


Les nanoparticules ainsi rejetées dans les eaux sont ici appelées « nanopolluants ». La distinction des micropolluants et des nanopolluants mérite d’être conservée car on ignore dans quelle mesure certaines nanoparticules ont des effets de taille distincts des effets chimiques dus à la dissolution des particules en formes ioniques.
Dans les pays dotés de stations d’épuration, la question des effets des micropolluants sur la santé humaine et celle des écosystèmes reste posée dès lors que les procédés d’épuration des eaux usées ne sont pas suffisamment performants. Or on admet aujourd’hui que les stations d’épuration sont efficaces contre les micropolluants à 90 %, ce qui laisse une marge de transfert, notamment de nanopolluants et de diverses molécules dans les écosystèmes. Les boues d’épuration, utilisées majoritairement pour la fertilisation de terres agricoles, sont elles-mêmes contaminées par des micro et nanopolluants. L'utilisation envisagée de l'eau usée épurée à des fins d'irrigation agricole peut aussi poser problème. D’autres travaux ont suspecté les réseaux de distribution d’eau d’émettre des nanoparticules dans l’eau destinée à la consommation (en plus de certaines molécules). Par ailleurs, les eaux de ruissellement (de toitures et de voiries) sont aussi porteuses de micropolluants et nanopolluants. Des systèmes de filtration naturelle ou artificielle pourraient être mis en œuvre pour limiter leurs rejets dans les milieux aquatiques.

 

Intention


Le Forum NanoRESP propose de coordonner un groupe de travail dédié aux nanopolluants de l’eau et à leur gestion. Il s’agit de réunir un groupe pluraliste (chercheurs académiques, industriels, distributeurs de l’eau, association de consommateurs et environnementales, citoyens, instances publiques telles que les agences de l’eau...) aptes à travailler ensemble pour confronter les connaissances et les attentes.


Face à une accumulation inexorable de micro et nanopolluants, les solutions semblent se situer en amont des rejets, par une forte diminution des déchets et par des dispositifs de filtration efficaces, dont des nanodispositifs, et non « en aval » avec des solutions très coûteuses et forcément limitées de dépollution, bien que celles-ci puissent jouer ponctuellement un rôle. La technologie doit être vue comme accompagnatrice de solutions de gestion fondées sur des décisions politiques financées à hauteur des enjeux, et non comme un dernier rempart qui relèverait de la solution miraculeuse.


Objectifs


Le groupe fera un état des connaissances sur :
1) les performances des systèmes d’épuration des eaux (eaux usées et eaux de ruissellement) envers les micropolluants et les nanopolluants.
2) Les nanoparticules qui peuvent être trouvées ou mesurées dans les écosystèmes aquatiques : nanoplastiques, nanosubstances cosmétiques, nanoproduits textiles ou issus de la construction…
3) La part des nanoparticules manufacturées et des nanoparticules issues de la dégradation de produits
4) La toxicité environnementale des nanoparticules présentes dans l’eau et leur nanospécificité.
5) Les contaminants des boues d’épuration
6) Les nouvelles technologies de traitement de l’eau comme l’osmose inverse
7) Les réglementations concernées, dont la loi sur l’économie circulaire.
Le groupe poursuivra en évaluant les critères de performances économiques, sociales et environnementales et les cadres réglementaires nécessaires pour que les technologies appliquées au traitement de l’eau et des boues d’épuration soient soutenables.

 

Manière de faire


La méthode proposée repose sur un panel de structures volontaires et diverses, relié au COPIL du Forum NanoRESP composé d’acteurs aux compétences complémentaires.
Le processus sera lancé le 10 juillet 2020. Il durera un an à raison de séances bimestrielles de 4 heures suivies de comptes rendus. Une méthode de travail et un échéancier seront choisis et ajustés avec les porteurs du projet. La participation à distance sera possible.

 

Le savoir-faire du Forum NanoRESP


Le Forum NanoRESP est un espace original de veille, de partage d’informations et d’investigation sur les enjeux complexes liés aux usages des nanotechnologies (matériaux et dispositifs).

 

En 2017, il a réalisé (avec la DGE, le LNE et l’ICAM) un colloque dédié aux « conditions de la confiance » avec les nanoproduits (Lille,10 avril 2017).

 

Dans le domaine de l’eau, le Forum NanoRESP a organisé :
• une séance «Autonettoyage, épuration de l’eau et de l’air.. les nanomatériaux photoactifs sont-ils performants ? », le 17 mars 2016
• une séance « Comment évaluer la toxicité des anaomatériaux ? Approches, méthodes, perspectives. Le 13 octobre 2016
• une séance « médicaments et vaccins », le 20 mai 2019

 

Pour en savoir plus


Compte rendu du forum du 5 février 2015, Les nanotechnologies et l’eau

SAA Nabeela Nasreen et al., Nanomaterials: Solutions to Water-Concomitant Challenges. Membranes (Basel). 2019 Mar 14;9(3). pii: E40. 

 

P. Westerhoff et al., Low risk posed by engineered and incidental nanoparticles in drinking water. Nat Nanotechnol. 2018 Aug;13(8):661-669.

 

K.R. Kunduru et al. (2017). Nanotechnology for water purification: applications of nanotechnology methods in wastewater treatment. In "Water Purification", Edition: 1st Edition, Chapter: Chapter 2, Publisher: Academic Press; Elsevier, pp.33-74.

 

Contacter le forum pour faire partie du groupe

Merci de nous envoyer un Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.